Le château de Garengo à Céligny (auf deutsch)



Autres vues aériennes de Céligny

Château édifié en 1722, agrandi au 19è siècle

Situé à côté du temple, le château de Garengo à Céligny, propriété des héritiers de la famille d’Ernst Schmidheiny, industriel saint-gallois, est à vendre (information 2005). Ainsi que l’a confié l’intendante, Garengo, c’est un art de vivre qui invite le visiteur à la rêverie dès qu’il franchit la grille d’entrée et pénètre dans la cour d’honneur. En son centre, une fort belle fontaine, et face à l’entrée la maison d’habitation, élégante et sobre. Il s’agit d’une belle demeure du XVIIIe siècle, avec de chaque côté deux dépendances, de construction plus récente. L’annexe de gauche, appelée salle de musique, a connu une vie musicale assez intense lorsque le pianiste et compositeur Ernest Schelling y vivait. Ce domaine compte environ 60 000 m2. Un tiers de la superficie est constitué de jardins d’agrément. Ils se fondent dans la nature, ne font qu’un avec le relief assez accidenté. L’empreinte du célèbre paysagiste anglais Russel Page se retrouve dans le jardin anglais. Un peu plus loin, un magnifique massif de rhododendrons laisse libre cours à la magie des couleurs. Le parc descend la colline, il est planté d’arbres séculaires. Certains ont malheureusement été détruits lors du passage de l’ouragan Lothar. Le ruisseau le Brassu serpente le long du domaine et alimente différentes pièces d’eau, cascades et les quatre fontaines terminées par un jet d’eau qui constituent le charme de Garengo. Garengo est le nom d’une pièce de terrain qui est indiquée sur les plus anciens plans de Céligny. Son nom apparaît dès les années 1400. Sur l’emplacement du château actuel, se trouvait une maison forte qui était la propriété de la famille des Céligny. A l’heure actuelle, il ne reste presque plus de traces des anciens documents. En effet, en 1939, le feu se propagea dans le grenier, où ils étaient entreposés. La toiture fut détruite et l’intérieur du château subit des dégâts. Quand Paderewski et Schelling jouaient au salon Depuis le XVe siècle à nos jours, que de changements de propriétaires! Ainsi en 1910, il devint la propriété d’Ernest Schelling, artiste de réputation mondiale. Le château devint alors un lieu de rendez-vous célèbre. Lors de belles soirées d’été, il n’était pas rare d’entendre Paderewski et Schelling jouer dans le salon de musique. Deux ans après sa mort, sa veuve vendit la propriété à Ernst Schmidheiny

Bibliographie

Home | châteaux du canton | châteaux suisses

©Les châteaux suisses. Die Schweizer Schlösser. The Swiss Castles