Le château de Echallens (auf deutsch)



Autres vues aériennes de Echallens

A peine surélevé au-dessus d'un tertre, il a l'air bien peu redoutable aujourd'hui. Etait-ce vraiment un château féodal? Mais oui! Au Moyen Age, les pentes qui l'entouraient étaient escarpées. Au nord et à l'ouest le Talent coulait au fond d'un ravin, tandis qu'à l'est et au sud, le château était protégé par un fossé d'ordinaire à sec, mais qu'on pouvait remplir d'eau en cas de danger. La porte de la forteresse se trouvait du côté de la ville, à l'entrée de la grande rue et, pour franchir le fossé, il y avait un pont-levis, selon la disposition habituelle.


Le nom d'Echallens apparaît déjà en 1141 dans un document, parmi les dépendances de l'abbaye de Montbenoît qui existe toujours au nord de Pontarlier. Plus tard le bourg appartint à la famille bourguignonne de Montfaucon-Montbéliard, dont un membre, Amédée III, construisit le château; on ne sait à quelle date, mais en tout cas avant 1273. La forme des tours confirme cette hypothèse puisque c'est au XIlle siècle qu'on se mit à construire des tours rondes, alors qu'elles étaient toujours carrées à l'époque romane (1000-1200).

Au début du XVe siècle une autre famille bourguignonne habitant le château de Nozeroy au sud de Besançon cherchait à étendre ses possessions du côté du Pays de Vaud. Le plus entreprenant de ces seigneurs, Louis de Chalon, acquit par son mariage avec Jeanne de Montbéliard des droits sur Echallens, Orbe et Montagny. Toutefois, ce n'est qu'en 1424, à la suite d'une transaction avec le duc de Savoie auquel il abandonna ses droits sur le comté de Genève, que Louis de Chalon devint en compensation seul possesseur des seigneuries.

Louis de Chalon était fort riche et prêta même une somme considérable à l'empereur d'Allemagne. En 1451, il décida d'employer une partie de son trésor enfermé dans le château de Nozeroy à agrandir le château d'Echallens, auquel il ajouta le grand corps de logis avec les dépendances, ainsi qu'une deuxième tour ronde, celle qui se trouve aujourd'hui décapitée, à l'angle sud du château.

Après la mort de Louis, les malheurs s'abattirent sur la famille de Chalon-Orange. Lors de la bataille de Grandson, en 1475, son fils Hugues se trouvait aux côtés de Charles le Téméraire en qualité de vassal de la maison de Bourgogne. Après la bataille les Suisses s'en prirent surtout aux Chalon, ravagèrent leurs possessions, et, entre autres, vinrent assiéger le château d'Echallens dont la grosse tour porte encore la trace des boulets, et qui fut incendiée pour finir.

Ces possessions devinrent des bailliages communs de Berne et Fribourg qui y installèrent des baillis jusqu'à la Révolution. Pour loger celui d'Echallens, les deux vainqueurs durent commencer par relever le château ruiné, du moins en partie, et en 1719 encore ils construisirent à frais communs, le long corps de logis situé au nord.

Echallens

Le château d'Echallens. Aquarelle de Albert de Büren, Baron de Vaumarcus (1791-1873). Pour les détails biographiques voir cette page

Devenu propriété de l'Etat de Vaud après le départ des baillis, le château, avec beaucoup d'autres dans le canton, fut mis en vente pour alimenter la caisse du jeune Etat. Il fut acheté par la commune d'Echallens, en 1816, pour y loger ses services.

Bibliographie

Home | châteaux du canton | châteaux suisses

©Les châteaux suisses. Die Schweizer Schlösser. The Swiss Castles