Thurgovie: château Steckborn (auf deutsch)

steckborn
steckborn

Autres vues aériennes de Steckborn

A Steckborn à côté du lac, à l'extrémité d'une étroite ruelle, se dresse un fort beau bâtiment trapu de plan carré, s'élevant sur quatre étages. Ce qui le caractérise, c'est son dôme à lanterne et ses quatre tourelles d'angle. Le visiteur se trouve devant le "Turmhof", un édifice que l'abbé de Reichenau Diethelm de Castell fit ériger au début du XIVe siècle dans la ville déjà construite. Il voulait en faire la base du pouvoir abbatial dans la région. S'il est possible de dater ce monument, c'est grâce à sa maçonnerie de grosses pierres à fort relief, aujourd'hui crépie il est vrai, et à ses moellons angulaires en bossage, mais grâce aussi à diverses données historiques.

steckborn
steckborn steckborn
steckborn

Durant sa longue histoire, la tour de Steckborn a subi à deux reprises de profondes transformations, une première fois à la fin du XIVe siècle sous l'abbé Werner de Rosenegg, la seconde fois en 1583, alors qu'elle appartenait à la famille Deucher, de Steckborn. Un important agrandissement fut de plus envisagé vers 1600. Il était prévu d'ériger un bâtiment semblable à la tour à l'ouest de celle-ci et devant ce bâtiment, une tour circulaire axiale. L'abbaye de Reichenau ayant mis opposition à ces projets, l'agrandissement ne se fit pas, quand bien même la tourelle d'escalier avait déjà été construite aux trois quarts et, isolée, se dressait maintenant à côté de la tour. On suppose que c'est vers le milieu du XVIle siècle que fut entrepris un autre agrandissement et que l'aile ouest vit le jour à cette date.

La bourgade de Steckbom eut pour point de départ un domaine corvéable de l'abbaye de Reichenau, qui depuis le IXe siècle possédait d'importants biens dans la région. Elle confia la sauvegarde de ses droits séculiers à des baillis et à des vidames. Les sires de Steckborn apparaissent pour la première fois en 1221 dans les documents en qualité de baillis. Ils étaient également baillis de Petershausen et avaient de plus quelques biens au nord du lac Inférieur. Mais où habitaient-ils si le "Turmhof" n'a été construit qu'au début du XlVe siècle? Fort heureusement, le hasard a permis d'apporter en 1930 quelques éclaircissements à cette question, lorsqu'on découvrit les fondements d'une tour de plan carré de 9,2 mètres de côté. Ses murs ayant à leur base une épaisseur de trois mètres, il restait une surface habitable de neuf mètres carrés. Cette construction marquait le centre d'un ouvrage plus grand, ce qu'attestent les vestiges de murs mis au jour au sud et à l'ouest de la tour. Située au-dessus du village - défendu sans doute par des palissades et un fossé (aujourd'hui encore, une rue de Steckborn porte le nom de "Burggraben") - la tour en question pourrait avoir été érigée vers 1200 par les baillis abbatiaux, en l'occurrence les sires de Steckborn.

steckborn
steckborn
steckborn
steckborn

Donnant suite à une demande de Diethelm de Castell, abbé de Reichenau et de Petershausen, l'empereur Henri VII, ancien comte de Luxembourg et successeur d'Albert 1er de Habsbourg assassiné en 1308, autorisa en 1313 Steckborn à tenir chaque jeudi un marché. Il créa ainsi les conditions qui permirent à la bourgade de devenir une ville. C'est à cette époque que l'abbé Diethelm décida de construire le "Turmhof" à l'intérieur de la cité, entourée depuis peu de remparts dont sont restés quelques vestiges. Le nouvel ouvrage fut séparé du reste de la ville par un mur dit d'immunité, tels que ceux que possèdent maints couvents. Il fut de plus soumis à sa propre juridiction et un droit d'asile lui fut accordé, c'est-à-dire que chaque personne poursuivie ou chaque malfaiteur qui atteignait la porte du mur d'immunité pouvait se réfugier à l'intérieur du domaine, où l'asile lui était accordé pendant six semaines et trois jours. L'imposante tour d'habitation qui a subsisté jusqu'à aujourd'hui devint donc le siège administratif des intendants de l'abbaye de Reichenau.

steckborn

steckborn

Herrliberger (18e siècle)

A partir du XVIe siècle, après que la Réforme eut libéré la ville de la domination abbatiale, elle changea fréquemment de propriétaire. En 1521, elle fut même soumise pendant un bref laps de temps aux Sept Cantons Confédérés qui depuis 1460 régissaient la Thurgovie. Puis elle passa à nouveau aux mains de particuliers. En 1642, Ulrich Deucher, hôtelier du "Löwen" et propriétaire de la tour, vendit celle-ci à la ville. Mais auparavant, il avait dû longuement parlementer avec l'abbaye de Reichenau, qui n'avait jamais renoncé à ses prétentions. Deucher exigea de la nouvelle propriétaire qu'elle ne revende jamais la tour. La ville était d'ailleurs vivement intéressée à celle-ci, car depuis des siècles, le "Turmhof" détenait des droits de chasse et de pêche.

Elle fit aménager six logements à 'intérieur de la tour, ce qui malheureuement priva celle-ci de maints éléments de sa substance primitive. En 1902, la ville fit don du "Turmhof" à la communauté évangélique, qui en est aujourd'hui encore propriétaire. Restauré en 1934, il abrite maintenant un intéressant musée local.

Bibliographie

Home | châteaux suisses

©Les châteaux suisses. Die Schweizer Schlösser. The Swiss Castles